Les Témoignages

 

Bonjour Laure Anne,

 

 j'espère que tu vas bien. A ce moment de l'année, je ressens un peu de flottement dans ma pratique, non pas à cause du manque de motivation, mais plutôt en terme d'évolution.  Je sais que cela fait parti du lâcher prise que de s'autonomiser dans les postures, sans modèle à l'appui. Mon souci majeur est de lâcher prise, en ne se donnant pas d'obligation de résultats, être juste dans le ici et maintenant. Dans ma volonté d'apprendre et d'évoluer, je me bloque, je me ferme à mes sens, alors  incapable de répéter l'enchainement  de la posture. Pour exemple, la première posture "le salut", cette posture si belle , mais si complexe en réalité. Je ne me fais pas confiance sur ma mémoire, je perds pied, perdant alors le bénéfice de la pratique et avec la confiance en mes capacités. Je sais que le cheminement dans la pratique, passe par cette étape, mais malgré tout, je tenais à partager mes ressentis. Je dois encore cheminer sur le travail de "Etre ici et maintenant" et dans l'éveil des sens. 

 Merci encore Laure Anne pour ton Aura qui nous illumine, et nous apaise.

 Je te souhaite, un week-end lumineux et chaleureux.

 

Chère Yogini,

 

Je te remercie pour ton retour précieux et authentique dans lequel chacune et chacun d’entre nous peut vraiment raisonner. Effectivement, le terme « flottement » que tu emploies est assez juste pour décrire certaines étapes de l'évolution de la pratique du Yoga. Il faut se rappeler que l'enseignement du Yoga était secret, dédié à certains hommes qui lui consacraient leurs vies entières. Il s'agit donc d'une recherche, d'une expérimentation ...

En occident, nous sommes des êtres papillonnants, il est  difficile pour nous d'ancrer une pratique  (de nombreux obstacles se présentent à soi : planning professionnel, mode de vie, mentalité, conditionnements ...) et la plupart s'arrête en cours de route. 

Même après plusieurs années, nous traversons des moments où il n'y a pas grand chose à l'horizon, on a la sensation de stagner ou que rien de révolutionnaire ne se profile ... L’évolution se fait par pallier. Mais ce n'est pas parce que rien ne se manifeste de l'extérieur,  que rien ne se passe. Des dimensions nous échappent ... ou plutôt échappent à notre mental (Chitta) ... Et cela lui est difficile. Tu l'exprimes bien c'est le lâcher prise... Chitta n'aime pas du tout cela, elle se sent perdue, sans repères, aux aboies, elle est persuadée être ta meilleure amie, c'est pourquoi elle va utiliser toutes les stratégies possibles pour te détourner de ce chemin.

 

Tu le dis aussi avec tes mots : " Je me bloque, je me ferme à mes sens"... 

Chitta a peur que tu l'abandonnes, elle a tellement l'habitude de prendre toute la place. Or il s'agit simplement de la replacer à sa juste place, au même niveau que l'intelligence du corps, du souffle, celle où elle n'entrave pas ton autonomie et ta liberté.

Les premières séances sont toujours une découverte avec soi qui sonne comme des retrouvailles et cela fait du bien : d’abord un temps pour soi, où l’on respire enfin..., on se déconnecte, on prend soin de soi, c’est assez inhabituel dans notre quotidien. 

 

C’est l’image actuelle du " bien-être ". Or, le yoga n’est pas du " bien-être " mais du "mieux-être" ou du "mieux-vivre". C’est un travail sur la connaissance de Soi, un chemin de transformation, c’est pourquoi il y a des moments agréables et aussi inconfortables.

 

La pratique Eva Ruchpaul est particulière en ce sens et dans le monde du yoga très confidentielle aussi.  D’abord, c’est un travail au cœur du silence, à l’écoute de soi, ce qui est  délicat dans notre société actuelle : c'est courageux et même téméraire aujourd'hui de se poser, dans l'"ici et maintenant " en silence et d'écouter ce qui peut remonter, de s'offrir un peu de considération.

Certaines choses peuvent nous déranger... Malgré ta jeune pratique,  tu fais preuve d’une belle maturité et d'un vrai discernement.

Qui sommes-nous ? Des occidentaux qui depuis Descartes vivons sous le slogan : "Je pense, donc je suis".

Quel est notre conditionnement ? La dualité - Le Bien / Le mal . C'est ancré profondément dans chacune de nos cellules.

 Il y aurait donc une manière de bien faire ou de mal faire les choses et donc un résultat attendu. Or le yoga introduit une notion tout à fait nouvelle pour nous : il s'agit de demeurer  sans attente et sans jugement. Il y a forcément un conflit à un moment donné, un inconfort, peut-être aussi beaucoup de souffrances accumulées par notre histoire mais aussi l'histoire de toute une humanité. Le mot yoga peut être traduit par "relier".

 

D’autre part, le Yoga n'a pas non plus une approche "psychologisante", on ne cherche pas à comprendre. On cherche à nettoyer certaines mémoires qui nous limitent. Lorsque l'on met en lumière ce conditionnement, il est important d'agir avec une grande douceur, une grande bienveillance. C'est ce que préconise le swami Prajnanpad dans son livre : "Dire oui à ce qui est " : L'accueillir, en prendre soin et l'accepter. C'est comme cela aujourd'hui, dans l'ici et maintenant. À partir de là, toute transformation est possible. Ensuite, c'est la confiance en la pratique qui fera son oeuvre : à mesure que je pratique , je me transforme.

 

Eva Ruchpaul tient un propos sans détour et sans concession : la place du Silence, le rythme de la séance qui pose les choses, le fait de ne pas faire la posture avec le professeur mais de partir de soi pour trouver son propre chemin, de ne pas refaire la posture, l'enseignant.e ne corrige pas l'élève en le touchant et enfin de proposer des postures exigeantes dès le départ en suspension de souffle.Tout cela est au service du déconditionnement. Elle sait que nous savons, que nous pouvons et que nous sommes capables.Pour ma part, je rends hommage à la finesse de sa pédagogie qui célèbre à la fois le respect de l'élève en lui offrant une véritable autonomie.

 

J'espère avoir éclairé ton chemin par ces quelques lignes. Certains mentaux comme le mien sont particulièrement résistants à ce conditionnement.De lire des livres sur le sujet m'ont beaucoup aidé ainsi que de participer à des programmes d'approfondissement où des mots peuvent être posés sur la pratique au moment des causeries. Dans la bibliothèque, tu trouveras une série de 4 livres sur la pratique Eva Ruchpaul. D'autres auteurs, comme Krishnamurti, Durkheïm ou ChrIstiane Singer peuvent nourrir notre chemin d'évolution.

Bien chaleureusement,

Un lotus pour toi

Laure-Anne

   "J'ai abordé le Hatha Yoga à la recherche d'un équilibre entre le corps et le mental. Laure-Anne nous emmène dans une subtile promenade avec nous-même, chacun, chacune à notre rythme. Au fil des séances, sous sa direction attentive et bienveillante, la synergie du groupe vous porte et vous transporte vers vos rivages inexplorés dans la joie et la bonne humeur. Pour ma part, j'y ai trouvé plus d'assurance et de sérénité."                                                                                                                                                                     Véronique

 

     " Une séance de yoga c'est comme un rendez-vous avec moi, un moment privilégié que je me dédie en toute bienveillance et sans aucune recherche de performance physique. C'est une parenthèse, une pause dans la semaine, un moment où on recharge les batteries physiquement et mentalement tout cela dans une atmosphère collective chaleureuse et accompagné avec attention et en douceur par Laure-Anne".                                                                                                                                                                                      Marion

    

    " Non seulement la pratique du hatha-yoga dissipe mes maux de dos, allonge mon souffle et m’offre un moment de détachement bienvenu, mais elle m’apprend également à m’exercer aux côtés des autres sans craindre leur jugement, tout en ressentant leur présence ; à prendre plaisir dans la tenue d’une posture d’apparence difficile, mais en réalité étonnamment naturelle ; à prendre confiance, sans redouter ni l’échec ni la compétition. C’est, pour moi, une pratique d’une sereine exigence, toujours rassurante."                                                                                                                                                                                                                                          Frédérique  

 

   " Par et grâce à la pratique régulière de l'Hatha, j'ai pu être à l'écoute de ma respiration, et de mon corps tout entier. Ces postures ont des effets de détente, de relaxation et participent à une ré injection d'énergie tranquille, conduisant à une attitude posée et d'écoute tant envers soi qu'envers les autres. A ce jour cette pratique me semble nécessaire voire vitale au maintien de l'équilibre de mon être tout entier."                                                                                                                                                                                                                        Anne

                       

 

   " Je suis atteinte d’un handicap depuis ma naissance, « techniquement » appelé Infirmité Motrice Cérébrale. Pour expliquer rapidement, mes muscles n’en font qu’à leur tête : je marche difficilement, l’équilibre n’est vraiment pas mon fort et aux moindres mouvements, mes muscles se raidissent en contre-disant ce que ma tête voudrait faire, entrainant douleurs et fatigue. Loin d’être la souplesse incarnée, je ne pensais pas que le yoga ferait un jour partie des « possibles ».

Après avoir essayé diverses techniques parallèles à la Kinésithérapie, obligatoire, je suis arrivée au Hatha-Yoga au hasard du bouche à oreille, par curiosité et envie. En me demandant tout de même où je mettais les pieds…

Les premières séances ont été individuelles, pour appréhender la technique, adapter les postures et apprivoiser mon corps et ses contradictions.

Il m’a fallu découvrir mes facilités, trouver la bonne mesure, la mienne, et agir tranquillement sur un physique que je ne suis pas franchement habituée à maîtriser.

Au fil des séances, et finalement en assez peu de temps, j’ai intégré un cours collectif. Grâce à ce groupe, aux échanges et à la convivialité, j’ai avancé dans ma « recherche » en réalisant que finalement tout le monde était en bataille avec ses limites et possibilités. Je ne me suis jamais sentie observée ou mal à l’aise mais plutôt accueillie et portée.

Après un an de pratique, je constate aujourd’hui, et mon kiné aussi, que la transformation s’installe doucement, la colonne se redresse, les mouvements sont plus amples, la douleur n’est pas systématique et « tout ça » en ayant la sensation de ne pas faire d’efforts (ce qui est très nouveau !)

Je suis finalement étonnée des belles surprises que me réservent ce corps, moi qui pensais le connaître sous toutes ces coutures. Encore quelques années et la position du Lotus n’aura pas de secret pour moi…"                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Amélie